INSTITUT DE RADIOTHÉRAPIE ET DE RADIOCHIRURGIE

H. HARTMANN

1 août 2022

RETOUR AUX ACTUALITÉS

La prise en charge du cancer du pancréas

Catégorie(s) : Cancer du pancréas
La prise en charge du cancer du pancréas
5/5 - (1 vote)

Le cancer du pancréas est une pathologie plutôt rare, mais dont l’incidence est en constante augmentation en France.

Il s’agit d’un cancer agressif, qui exige une prise en charge précoce et tout aussi agressive. Cette dernière consiste habituellement en une association entre une chirurgie oncologique, une chimiothérapie et/ou une radiothérapie. Toutefois, le protocole de traitement de chaque patient est toujours strictement personnalisé au regard de son profil, de ses volontés et des caractéristiques de sa maladie.

 

Le cancer du pancréas, qu’est-ce que c’est ?

Le cancer du pancréas est une tumeur maligne, c’est-à-dire un amas de cellules malades qui se mettent à proliférer de manière anarchique. Chaque tumeur cancéreuse est caractérisée en fonction des cellules d’origine à partir desquelles elle se développe.

Le cancer du pancréas est généralement un adénocarcinome glandulaire, un cancer des cellules de l’épithélium glandulaire. Le pancréas est un organe vital appartenant à la fois au système digestif et hormonal. Il est responsable de la production du suc pancréatique et d’hormones tel que l’insuline.

Le cancer du pancréas est relativement rare, et représente moins de 2% de tous les cancers diagnostiqués chaque année en France. C’est une pathologie que l’on rencontre préférentiellement chez les personnes âgées (73 ans en moyenne), et dont l’incidence est légèrement plus élevée chez la femme.

Les symptômes du cancer du pancréas en vidéo

 

 

Diagnostic du cancer du pancréas

Le diagnostic du cancer du pancréas est souvent tardif, car la maladie tend à progresser silencieusement jusqu’à un stade très avancé, ce qui explique le mauvais pronostic associé à cette maladie.

Les symptômes possibles incluent une perte d’appétit, une perte de poids, des troubles digestifs et des douleurs abdominales. Aux derniers stades de la maladie, de la fièvre et un affaiblissement général ou un ictère peuvent se manifester. Ces symptômes demeurant généraux, et pouvant être liés à un vaste panel de maladies différentes, il convient de procéder à des examens complémentaires pour poser un diagnostic de cancer du pancréas.

Le cancer du pancréas chez la femme

Un scanner de l’abdomen est couramment effectué pour diagnostiquer une tumeur du pancréas et en apprendre davantage sur ses caractéristiques, son stade et son grade. D’autres examens d’imagerie médicale, comme l’échographie ou l’echoendoscopie, peuvent être pratiqués pour affiner le diagnostic ou rechercher d’autres lésions (métastases). Une fois la tumeur localisée, une biopsie permet d’en prélever un fragment, afin de procéder à un examen anatomopathologique.

Cet examen permet de définir le stade et le grade du cancer, et d’évaluer sa potentielle sensibilité aux traitements existants pour déterminer quel sera le protocole thérapeutique le plus efficace.

 

Traitement du cancer du pancréas

Le cancer du pancréas étant une maladie très agressive, son traitement se doit de l’être aussi : typiquement, les 3 armes thérapeutiques traditionnellement utilisées dans la lutte contre le cancer sont mobilisées:

  1. La chirurgie oncologique est le traitement de première intention du cancer du pancréas. Elle consiste à ôter la tumeur cancéreuse pour éviter, ou limiter, la propagation de la maladie.
  2. La chimiothérapie est fréquemment administrée à la suite de la chirurgie. Il s’agit d’un traitement médicamenteux systémique, qui vise à éliminer les cellules cancéreuses dont on soupçonne la présence dans l’organisme, mais qui sont impossibles à localiser et, de fait, à ôter chirurgicalement.
  3. La radiothérapie est couramment associée à la chimiothérapie pour détruire ou réduire les tumeurs cancéreuses.

Toutes ces thérapies peuvent être administrées en synergie ou séparément, et poursuivre un objectif curatif, c’est-à-dire rechercher une guérison complète ou durable, ou palliatif, c’est-à-dire rechercher à améliorer la qualité de vie du patient.

La séquence de ces traitements est généralement validée lors des réunions de concertation pluridisciplinaire (RCP) auxquels participent l’ensemble des acteurs de la prise en charge.

 

Radiothérapie du cancer du pancréas

La radiothérapie peut être administrée dans la prise en charge du cancer du pancréas, notamment pour réduire le volume de la tumeur, afin d’en faciliter l’exérèse chirurgicale, après un premier temps de chimiothérapie exclusive. Dans de rares situations, elle peut être proposée après une chirurgie pour réduire les risques de récidives locales. Elle est alors généralement associée à un traitement de chimiothérapie.

Ce traitement, d’une efficacité redoutable contre les tumeurs cancéreuses, consiste à irradier les cellules cancéreuses à l’aide de rayons ionisants. Les cellules cancéreuses sont ainsi partiellement ou complètement détruites et leur ADN est endommagé, ce qui ne leur permet pas de se réparer.

Dans le cadre du traitement du cancer du pancréas, on a, le plus souvent, recourt à la radiothérapie externe. Les rayons ionisants sont administrés depuis une source extérieure (un accélérateur de particules), et passent à travers la peau et les différents tissus pour atteindre la tumeur cancéreuse.

Il s’agit d’un procédé indolore et non abrasif, qui peut être administré chez presque tous les patients, même fragiles, sauf chez ceux ayant déjà reçu une radiothérapie de l’abdomen. Pour cause, si les irradiations sont très efficaces contre les cellules cancéreuses, elles peuvent altérer aussi les cellules saines, et ne peuvent donc pas être administrées au-delà d’un certain seuil.

Ce sont ces atteintes causées aux cellules saines qui sont à l’origine des effets secondaires de la radiothérapie que bien des patients appréhendent (principalement risque de nausées, vomissements, diarrhées et douleurs abdominales). Avec la précision toujours accrue des traitements de radiothérapie et la généralisation des soins de supports, ces effets secondaires sont toutefois de mieux en mieux contrôlés.

Le cancer du pancréas est l’un des cancers les moins fréquents en France, mais il évolue rapidement, et il est donc essentiel de ne pas le négliger.

Pour bénéficier d’une prise en charge précoce et d’un meilleur pronostic, il est important de consulter un médecin dès les premiers symptômes de la maladie (troubles digestifs, perte d’appétit, etc.).

Ilan Darmon

Le Dr Ilan Darmon fait partie de l'équipe médicale de l'Institut de Radiothérapie et de Radiochirurgie H. Hartmann qu’il a rejoint depuis 2018, après 3 années d’exercice à l'Institut Curie Paris comme Praticien Assistant Spécialiste des Centre de Lutte Contre le Cancer (CLCC).

Les autres actualités

VOIR TOUTES LES ACTUALITÉS