1 novembre 2021

RETOUR AUX ACTUALITÉS

Le dépistage du cancer du côlon après ses premiers symptômes

Catégorie(s) : Cancer colorectal
Le dépistage du cancer du côlon après ses premiers symptômes
5/5 - (2 votes)

Le cancer du côlon en France et son dépistage généralisé

Le cancer du côlon est une tumeur cancéreuse qui prend naissance à partir de cellules du côlon proliférant de manière anarchique.  On parle de masse cancéreuse, ou maligne, quand le développement de la tumeur ne s’arrête pas spontanément, et que celle-ci est susceptible de se propager dans tout l’organisme.

Cependant, 80 % des cancers du côlon sont précédés de lésions précancéreuses. Ces lésions proviennent de petites tumeurs bénignes fréquentes, les polypes adénomateux, majoritairement inoffensifs. On peut les dépister précocement afin de les traiter avant qu’ils ne deviennent cancéreux. Effectivement, la transformation de ces cellules en cellules cancéreuses est généralement lente et peut s’étaler sur plus d’une dizaine d’années.

À l’heure actuelle en France, le cancer du côlon est la deuxième cause de mortalité par cancer chez l’homme, après le cancer du poumon, et la troisième cause de mortalité chez la femme, après les cancers du sein et du poumon.

Afin de contrer cette maladie encore létale, la France a mis en place une campagne de dépistage organisée visant à généraliser le diagnostic précoce de cette pathologie. Cependant, le succès de cette campagne reste encore mitigé, avec un taux de participation qui ne dépasse guère les 30 %. Pourtant, l’intérêt de ce test est de dépister une lésion à l’état précancéreux, permettant un traitement rapide et assurer la guérison. Effectivement s’il est détecté tôt, ce cancer se guérit dans 9 cas sur 10. Le test de dépistage immunologique est réalisé chez soi ; il est délivré par le médecin généraliste tous les 2 ans aux personnes de 50 à 74 ans sans facteurs de risque particulier ou symptômes qui nécessiteraient des explorations plus approfondies et personnalisées.

 

Les symptômes précoces du cancer du côlon

Les premiers symptômes du cancer du côlon ne sont pas toujours très spécifiques, ce qui peut être à l’origine d’un diagnostic parfois tardif modifiant la prise en charge de la maladie et son pronostic.

Les tout premiers symptômes du cancer du côlon surviennent généralement tardivement, lorsque la maladie a déjà progressé. De fait, dans les prémices de son développement, le cancer du côlon est habituellement asymptomatique. C’est seulement lorsque la tumeur adopte une taille suffisante pour devenir gênante qu’elle tend à provoquer des signes cliniques pouvant alerter le patient de sa présence.

Des douleurs ou des gênes abdominales sont souvent les premiers symptômes de la maladie. Celles-ci peuvent être plus ou moins légères ou intenses et s’accompagner d’une sensation de lourdeur et de difficultés fonctionnelles. Ces difficultés fonctionnelles concernent majoritairement le transit qui peut être altéré avec des difficultés lors de l’élimination (constipation), des diarrhées, des ballonnements ou des crampes intestinales sont autant de symptômes, peu spécifiques qui peuvent révéler un cancer du côlon.

 

Tumeur cancer au côlon

 

Des sensations anormales au moment de l’élimination ou en tout temps (comme une envie permanente d’aller à la selle) peuvent aussi traduire un cancer du côlon. La présence de sang dans les selles (méléna en cas de sang mélangé au selles donnant une couleur plus sombre aux selles et pouvant émettre une odeur, ou rectorragie en cas de sang rouge retrouvé en fin de selles) est également révélatrice. Toutefois, le sang est parfois présent en quantité infime et ne peut être visible à l’œil nu – ce qui motive l’intérêt du test immunologique.

De même, une fatigue et/ou une perte de poids peuvent être des symptômes plus généraux et moins spécifiques, mais pouvant alerter et doivent amener à consulter son médecin. Parfois, une prise de sang peut révéler une anémie (baisse de l’hémoglobine/ des globules rouges) pouvant révéler une perte de sang visible ou non dans les selles, et doit vous faire consulter.

Orientation après dépistage et diagnostic du cancer du côlon

En cas de positivité du test immunologique de dépistage ou en cas de symptômes cliniques, votre médecin traitant vous adressera vers un gastro-entérologue. Celui-ci effectuera une coloscopie qui consiste au passage d’un endoscope souple permettant d’observer l’intérieur d’une partie des intestins et, si besoin, à faire des biopsies et un traitement. Elle nécessite une préparation spécifique du tube digestif ainsi qu’une hospitalisation de quelques heures.

Ablation polype colon

La résection d’éventuels polypes se fait à ce moment-là ; ils sont envoyés en anatomo-pathologie pour définir leur nature (simple polype bénin ou cancer). C’est cet examen qui permettra de faire le diagnostic histologique du cancer.

Au décours, si le cancer est confirmé, vous serez adressé vers un oncologue qui réalisera la suite de la prise en charge. En cas de négativité, votre gastro-entérologue vous indiquera la suite de la surveillance avec la nécessité ou non d’un contrôle par coloscopie si besoin.

Dr Pauline CASTELNAU-MARCHAND

Le Dr Pauline Castelnau-Marchand a rejoint l’équipe de l’Institut de Radiothérapie Hartmann en 2020, afin de poursuivre son activité médicale et de recherche, elle est notamment très impliquée dans la prise en charge des cancers du sein chez les femmes jeunes, des cancers ORL, urologiques ou encore digestifs. Le Docteur Castelnau-Marchand est également engagée dans l’enseignement et la formation médicale, en tant que vice-présidente du Club des Oncologues Radiothérapeutes Parisiens (CORP) depuis 2018.

Les autres actualités

VOIR TOUTES LES ACTUALITÉS