11 janvier 2021

RETOUR AUX ACTUALITÉS

Les effets secondaires possibles de la radiothérapie

Catégorie(s) : Traitements
effets secondaires radiothérapie

Les séances de radiothérapie peuvent avoir des conséquences sur les zones irradiées. Elles peuvent survenir durant les séances, à la fin du traitement, voire plusieurs mois ou années après la fin des traitements du cancer. On parle d’effets secondaires précoces et tardifs. Voici les principaux effets néfastes possibles, en fonction de la zone irradiée.

 

Pourquoi la radiothérapie provoque-t-elle des effets secondaires ?

L’irradiation est focalisée sur une zone particulière du corps humain, là où se situe la tumeur. Si les rayons agissent sur les cellules cancéreuses, ils endommagent également les tissus sains qui se trouvent à proximité. En fonction de la zone irradiée et de la tolérance à la radiothérapie, les tissus et cellules saines du corps peuvent présenter des effets indésirables face à une irradiation. Contrairement aux cellules tumorales, les cellules saines endommagées se renouvellent. Le temps nécessaire pour cette régénération varie d’un individu à l’autre, en fonction du type de radiothérapie, de la zone traitée, des doses d’irradiation administrées et de l’état de santé général du patient.

La majorité de ces effets survient pendant le traitement de radiothérapie ou quelques jours ou semaines après la fin du traitement. Il s’agit alors d’effets secondaires précoces. Ils disparaissent généralement après quelques jours ou semaines. Toutefois, certains effets secondaires apparaissent plusieurs mois ou années après le traitement de radiothérapie : on parle d’effets secondaires tardifs. Si la grande majorité des tissus touchés parvient à se « réparer », il arrive que certains effets secondaires durent plus longtemps.

Les effets secondaires les plus fréquents sont :

  • la fatigue
  • les troubles cutanés (démangeaisons, rougeur, sécheresse…)
  • la perte d’appétit
  • les troubles gastriques (nausées, vomissements…)
  • les troubles buccaux (sécheresse buccale, difficulté à avaler…)
  • l’alopécie transitoire (perte de cheveux et/ou poils)
  • la modification de la formule sanguine (diminution du nombre de cellules sanguines)

 

Effets secondaires d’une radiothérapie de l’encéphale

Une tumeur dans le cerveau est généralement traitée par radiochirurgie stéréotaxique qui implique une forte dose de rayons dirigée dans une zone restreinte du cerveau. Les effets secondaires varient en fonction de la localisation exacte. Ce type d’irradiation peut néanmoins provoquer des effets secondaires à long terme.

Les effets secondaires les plus fréquents d’une radiothérapie du cerveau sont :

  • des troubles cutanés
  • une alopécie
  • une hypertension intracrânienne
  • des maux de tête
  • des crises d’épilepsie
  • des nausées, des vomissements, une perte d’appétit
  • une importante fatigue
  • une perte d’audition ou une douleur à l’oreille (si celle-ci se trouve dans le champ d’irradiation)
  • des troubles cognitifs (qui peuvent toucher la parole, la mémoire…)
  • des nerfs endommagés (provoquant des troubles de la vision, de l’ouïe, de la langue…)
  • des modifications hormonales en présence d’une irradiation de l’hypophyse, de l’hypothalamus ou encore de la thyroïde

 

Effets secondaires d’une radiothérapie de la tête et du cou

La radiothérapie des tumeurs ORL peut impacter les muqueuses qui tapissent les voies aérodigestives supérieures.

Les effets secondaires de la radiothérapie de la tête et du cou les plus courants peuvent se manifester par :

  • des troubles cutanés
  • une douleur dans la cavité buccale
  • une sécheresse de la bouche
  • des difficultés à avaler
  • une modification du goût
  • des problèmes dentaires (notamment des caries)
  • des problèmes d’ouïe, des douleurs dans l’oreille
  • des modifications de la voix
  • des troubles de la vision
  • une sécheresse oculaire
  • une raideur de la mâchoire
  • des nausées ou vomissements
  • des troubles hormonaux
  • des lésions des nerfs
  • une ostéoradionécrose (mort du tissu osseux, rare)

 

Effets secondaires d’une radiothérapie thoracique

L’irradiation pour une tumeur du poumon, une tumeur de l’œsophage, un cancer du sein, ou une tumeur de la moelle épinière est généralement focalisée sur la région thoracique. Lorsque celle-ci concerne la partie haute du thorax, elle peut entraîner une irritation de l’œsophage et de la gorge.

Les effets secondaires d’une radiothérapie du thorax peuvent impliquer :

  • des troubles cutanés
  • des maux de gorge
  • une voix enrouée, une toux
  • des difficultés à avaler
  • une modification du goût
  • des brûlures d’estomac
  • des nausées ou vomissements, une perte d’appétit
  • une irritation ou une rougeur de la paroi thoracique
  • des troubles pulmonaires (fibrose pulmonaire, poumon radique)
  • des troubles cardiaques (insuffisance cardiaque, maladie coronarienne, fibrillation auriculaire)

 

Effets secondaires d’une radiothérapie abdominale

La radiothérapie de l’abdomen peut provoquer une irritation de l’œsophage ou de l’estomac (lorsqu’elle concerne la partie supérieure de la région abdominale) ou de l’intestin grêle et du gros intestin (lorsqu’elle concerne la partie inférieure de la région abdominale).

Les autres effets secondaires possibles d’une radiothérapie de l’abdomen sont :

  • des troubles cutanés
  • des nausées, vomissements ou une diarrhée
  • une perte d’appétit
  • une digestion difficile
  • des ballonnements ou gaz
  • un ulcère gastrique
  • des troubles rénaux

 

Effets secondaires d’une radiothérapie pelvienne

L’irradiation de la région pelvienne peut provoquer une entérite et des troubles digestifs. Elle peut aussi affecter la vessie ou les organes génitaux.

Les effets secondaires d’une radiothérapie pelvienne peuvent se manifester par :

  • des troubles cutanés
  • une perte des poils
  • des nausées, vomissements ou diarrhées
  • une inflammation du rectum ou de l’anus avec parfois des saignements rectaux
  • des douleurs à la selle
  • une incontinence fécale
  • une entérite radique
  • des brûlures mictionnelles
  • une cystite
  • une incontinence urinaire
  • une hématurie (présence de sang dans les urines)
  • des troubles sexuels (chez l’homme comme chez la femme)
  • des troubles de la fertilité

Tous ces effets secondaires aigus qui peuvent survenir durant les traitements sont temporaires. Ils se traitent très bien et disparaissent progressivement, généralement avec la fin des séances.

 

Effets secondaires d’une radiothérapie mammaire

Pour plus d’informations sur les effets secondaires d’une radiothérapie dans le cadre d’un cancer du sein, nous vous invitons à lire cet article dédié : effets secondaires de la radiothérapie mammaire.

 

Effets secondaires tardifs de la radiothérapie

Lorsque les effets secondaires se déclarent bien après les séances de radiothérapie (plusieurs mois voire années après la fin du traitement), on parle d’effets secondaires tardifs. Ils ne sont pas les mêmes selon la zone irradiée et les individus. Ces effets secondaires tardifs sont rares, mais peuvent tout de même apparaître chez certains patients.

Les effets secondaires tardifs peuvent prendre la forme de :

  • troubles pulmonaires ou cardiaques (en cas de radiothérapie sur le thorax)
  • modification de couleur de la peau
  • ostéoporose
  • cancers radio-induits (secondaires)
  • troubles de la fertilité (en cas de radiothérapie pelvienne)
  • troubles mentaux, cognitifs ou affectant l’état émotionnel (en cas de radiothérapie encéphalique et de la région tête et cou).

Ces effets secondaires tardifs ne sont toutefois pas systématiques et restent exceptionnels.

Les effets secondaires précoces sont généralement bien contrôlés par des traitements adéquats. Durant vos séances de traitement, ou après la fin de votre radiothérapie, il faut signaler à l’équipe médicale toute apparition de signe clinique inhabituel. Cela permet de traiter le trouble rapidement, d’assurer des séances de traitement plus confortables et une meilleure qualité de vie. En cas de doute, vous pouvez en discuter avec votre médecin radiothérapeute.

Ilan Darmon

Le Dr Ilan Darmon fait partie de l'équipe médicale de l'Institut de Radiothérapie et de Radiochirurgie H. Hartmann qu’il a rejoint depuis 2018, après 3 années d’exercice à l'Institut Curie Paris comme Praticien Assistant Spécialiste des Centre de Lutte Contre le Cancer (CLCC).

Les autres actualités

VOIR TOUTES LES ACTUALITÉS