INSTITUT DE RADIOTHÉRAPIE ET DE RADIOCHIRURGIE

H. HARTMANN

19 septembre 2022

RETOUR AUX ACTUALITÉS

Gamma GT élevé & risques de cancer du foie

Catégorie(s) : cancer du foie
Gamma GT élevé et risques de cancer du foie
5/5 - (1 vote)

Le gamma GT est un marqueur spécifique des maladies hépatiques qui peut être utilisé pour dépister certains types de cancers du foie. Toutefois, un gamma GT élevé n’est pas automatiquement signe de cancer et, à l’inverse, certains cancers du foie n’engendrent pas d’élévation du taux de gamma GT.

De fait, si un gamma GT élevé oriente indubitablement vers un trouble hépatique, il ne permet pas, à lui seul, d’en connaître la nature, et requiert des examens complémentaires pour identifier un potentiel cancer du foie.

 

Le cancer du foie, qu’est-ce que c’est ?

Le cancer du foie est une tumeur maligne rare qui se développe à partir des cellules de l’organe hépatique. Il existe différents types de cancers du foie, et les cancers secondaires, provoqués par des métastases issues d’autres tumeurs cancéreuses, sont les plus fréquents.

Parmi les cancers primaires du foie, le carcinome hépatocellulaire (ou hépatocarcinome) est, de loin, le plus répandu (90% des cas).  Il se développe à partir des hépatocytes, cellules composant la quasi-totalité du foie, essentielles au bon fonctionnement de l’organe. Dans la plupart des cas, le carcinome hépatocellulaire s’installe à partir de lésions préexistantes, très souvent corrélées à la consommation d’alcool.

Lire aussi notre article sur la prise en charge du cancer de la peau

 

Le gamma GT, qu’est-ce que c’est ?

Le gamma GT, ou gamma-glutamyltranspeptidase, est une enzyme présente dans les membranes de certains organes du corps humain, tels que les reins, la rate, le pancréas, le cerveau et, bien sûr, le foie.  Une enzyme est une protéine dotée de certaines propriétés. Le gamma GT, en l’occurrence, joue un rôle de catalyseur en agissant sur le transfert d’acides aminés à travers la membrane cellulaire.

Il a aussi un rôle dans la métabolisation de certains composés (leucotriènes, glutathion, acides L-aminés, peptides, etc.), et participe pleinement au processus de détoxification de l’organisme. Lorsque les tissus du foie sont endommagés, le gamma GT peut s’infiltrer dans le sang, et sa présence dans le système sanguin peut être révélée par une biochimie.

 

Vidéo explicative sur le Gamma GT

Bien qu’il soit présent dans d’autres organes, le gamma GT est un marqueur spécifique des troubles hépatiques, et son élévation oriente en premier lieu vers une blessure ou une maladie du foie. En revanche, mesurer le taux de gamma GT dans le sang ne permet pas de diagnostiquer la cause de l’anomalie – il arrive d’ailleurs que certains patients présentent des taux de gamma GT élevés, sans aucune maladie hépatique.

En cas de gamma GT élevé, il est donc nécessaire de réaliser des examens plus approfondis pour déceler d’éventuelles atteintes cancéreuses et les traiter au plus tôt.

Lire aussi notre article sur la chimiothérapie dans le traitement du cancer

 

Les risques d’un gamma GT élevé

Un gamma GT élevé n’est pas automatique corrélé à un cancer du foie – loin de là. En réalité, la consommation abusive d’alcool est la première cause d’élévation du gamma GT dans le sang. Si cela peut, à première vue, sembler moins sévère qu’un cancer, il convient de noter que la surconsommation d’alcool est un facteur hautement favorisant du cancer hépatique.

En outre, le cancer du foie n’est pas nécessaire la plus grave des atteintes hépatiques :  la cirrhose alcoolique peut, à elle seule, engendrer la destruction complète du foie, un processus malheureusement fatal à terme (le foie étant un organe vital).

Ce serait donc une erreur de soupirer de soulagement en apprenant que l’élévation de son gamma GT est corrélée à la consommation d’alcool, et non au cancer hépatique. Cela reste un signal d’alarme fort, à prendre en charge au plus vite avec votre médecin pour éviter les complications – cancéreuses ou non.

Un gamma GT élevé peut aussi correspondre à une surcharge pondérale qui épuise le foie, ainsi qu’à une hépatite virale – maladie relativement répandue. Toutes ces situations peuvent habituellement être prises en charge médicalement, et méritent absolument de l’être pour ne pas engendrer de complications favorisant l’apparition de lésions cancéreuses.

Si, en définitive, les tumeurs cancéreuses primaires du foie sont rares, elles profitent presque toujours d’atteintes préexistantes pour se développer, et c’est donc en prévenant ces atteintes, ou en les traitant au plus tôt, que l’on peut réduire efficacement les risques de cancer du foie.

Un gamma GT élevé n’est pas synonyme de cancer du foie, mais c’est un signal d’alerte qu’il est indispensable de prendre en compte pour rechercher une possible pathologie hépatique et/ou prévenir l’apparition de maladies du foie. Il faut également souligner que l’enzyme gamma GT est présente dans d’autres organes, et que l’analyse de son activité peut révéler des affections cardiaques, pancréatiques, ou encore une hyperthyroïdie.

Dr Scher Nathaniel

Dr Nathaniel SCHER est spécialisé en oncologie et radiothérapie, il est attaché de recherche au sein de l’institut de radiothérapie Hartmann depuis 2017 ou il coordonne plusieurs projets de recherche clinique.

Les autres actualités

VOIR TOUTES LES ACTUALITÉS