INSTITUT DE RADIOTHÉRAPIE ET DE RADIOCHIRURGIE

H. HARTMANN

21 octobre 2020

RETOUR AUX ACTUALITÉS

Le cancer du sein chez la jeune femme 🎗️ Octobre Rose

Catégorie(s) : Cancer du sein
cancer du sein femme jeune

Interview d’Hannah LAMALLEM,

Oncologue Radiothérapeute à l’Institut de Radiothérapie Hartmann et co-fondatrice de l’Institut Rafaël


Le cancer du sein chez la jeune femme

Retranscription de la vidéo

J’ai la joie de recevoir le docteur Hannah LAMALLEM, oncologue, radiothĂ©rapeute et cofondatrice de l’Institut RafaĂ«l. C’est une joie de recevoir enfin une femme, surtout pour parler du cancer du sein.

Est-ce que le cancer du sein représente une part très importante de tes consultations ?

Docteur Hannah LAMALLEM : Le cancer du sein, c’est notre principale activitĂ© aujourd’hui et j’ai une activitĂ© assez importante de patientes jeunes qu’on prend en charge avec l’ensemble de l’Ă©quipe de la clinique Hartmann.

Qu’est-ce que tu appelles jeunes ?

Docteur Hannah LAMALLEM : Beaucoup de patientes de moins de 45 ans

Donc des patientes qui n’ont pas encore Ă©tĂ© mamans pour la plupart ?

Docteur Hannah LAMALLEM : Pas forcĂ©ment, mais effectivement, c’est une des problĂ©matiques dans la prise en charge de ces patientes.

Est-ce une nouveauté ?

Docteur Hannah LAMALLEM : Non. Moi, ça fait une bonne dizaine d’annĂ©es maintenant que je suis oncologue radiothĂ©rapeute et on voit dĂ©jĂ  depuis une dizaine d’annĂ©es une incidence qui diminuĂ© des cancers du sein par contre, on a vu augmenter le nombre de cancers du sein chez la femme jeune.

Alors probablement on en dĂ©tecte plus par le dĂ©pistage, donc, mĂŞme si le dĂ©pistage officiellement en France est Ă  partir de 50 ans, beaucoup de dĂ©pistages individuels sont rĂ©alisĂ©s Ă  l’Ă©chelle des gynĂ©cologues qui sont très sensibles et qui font ce qu’il faut pour que les femmes aient des mammographies dès l’âge de 40 ans ou dès qu’il y a un cancer dans la famille, des mammographies sont faites.

On a vu aussi l’incidence augmenter parce que les facteurs de risque dans notre environnement aujourd’hui sont nombreux. Le tabac, est un facteur de risque, on sait que les femmes fument de plus en plus et donc on n’a plus de cancer du sein. Le fait d’avoir peu ou pas d’activitĂ© physique, est un facteur de risque. Le poids, et notamment la tendance au surpoids, est un facteur de risque. Le fait que les femmes aient moins de grossesses, qu’elles allaient ĂŞtre moins, tout ça, ce sont des facteurs de risque de cancer du sein.

Donc, grâce au dĂ©pistage, on en dĂ©tecte un nombre très important, et est-ce que grâce Ă  ce dĂ©pistage, on arrive Ă  mieux soigner cette maladie et Ă  mieux la prendre en charge puisqu’elle est prise plus prĂ©cocement ?

Docteur Hannah LAMALLEM : L’objet du dĂ©pistage est effectivement de dĂ©tecter plus prĂ©cocement des cancers du sein. Avec pour objectif de les guĂ©rir. Ce qui est le cas surtout dans l’Ouest parisien ou il y a un taux de dĂ©pistage qui est important et donc de diagnostic de cancer du sein prĂ©coce, qui sont l’essentiel des cancers du sein.

Ce n’est pas frĂ©quent de dĂ©couvrir un cancer du sein clinique, c’est Ă  dire une auto palpation ou une palpation Ă  la consultation de gynĂ©co. Ça existe, mais ce n’est pas la situation la plus frĂ©quente.

Est-ce que l’examen de mammographie suffit ? On entend parfois que la mammographie, ça ne suffit pas.

Docteur Hannah LAMALLEM : Le problème de la mammographie, c’est que c’est très bien chez la femme mĂ©nopausĂ©e parce que les seins sont un peu moins denses et donc, la mammographie dĂ©tecte bien les modifications de structure. Chez la femme jeune, les seins sont beaucoup plus denses donc mammographie n’est pas toujours capable de dĂ©tecter et nous avec l’expĂ©rience ont fait mammographie et Ă©cographie et la combinaison des deux permet d’amĂ©liorer les rĂ©sultats. Cependant dans le cadre du dĂ©pistage national, c’est juste une mammographie.

Qu’en est-il des patientes qui n’ont pas encore eu d’enfant ? J’imagine que les traitements sont quand mĂŞme invasifs et peuvent avoir des consĂ©quences sur la fĂ©conditĂ© ?

Docteur Hannah LAMALLEM : D’abord, chez la femme jeune, heureusement on ne diagnostique pas que des cancers agressifs et des cancers avancĂ©s. On a aussi la situation oĂą on dĂ©couvre des maladies prĂ©coces. Et donc, le traitement sera toujours un traitement chirurgical associĂ© Ă  une radiothĂ©rapie. Se posera parfois la question de l’hormonothĂ©rapie et pendant la pĂ©riode d’hormonothĂ©rapie on ne peut pas autoriser de grossesse parce que les mĂ©dicaments sont toxiques pour l’embryon. Donc, pendant une pĂ©riode qui est au minimum de deux ans après un cancer du sein, quand il y a une indication d’hormonothĂ©rapie, il est vivement, voire interdit d’avoir des enfants.

Par contre, chez la femme jeune qui a un cancer du sein plus agressif qui va nĂ©cessiter de la chimiothĂ©rapie. LĂ , la question va se poser parce que malheureusement, la chimiothĂ©rapie va entraĂ®ner un arrĂŞt des cycles, parce qu’il va y avoir une destruction au niveau ovarien des ovocytes. Et le risque que nous ayons, c’est que la reconstitution de ce stock est difficile, incertaines, il y a donc un risque effectivement de stĂ©rilitĂ© liĂ©e au traitement.

La prĂ©caution est de faire des prĂ©lèvements d’ovocytes pour pouvoir autoriser une grossesse au dĂ©cours des traitements.

J’imagine qu’après la joie extrĂŞme, c’est de revoir les patientes avec leur bĂ©bé ?

 Docteur Hannah LAMALLEM : Oui effectivement. Alors on a aussi malheureusement, des situations oĂą on a des grossesses et cancer du sein en mĂŞme temps. En effet, les femmes enceintes, mĂŞme si elles sont suivies sur le plan gynĂ©cologique, bien Ă©videmment, la grossesse Ă©tant plutĂ´t un Ă©vènement joyeux, on n’y pense jamais et le dĂ©pistage pendant la grossesse, c’est compliquĂ© parce que les seins sont modifiĂ©s.

Donc, la palpation est compliquĂ©e et on ne fait pas d’imagerie des seins pendant les grossesses.

Il nous arrive d’avoir un diagnostic de cancer du sein pendant la grossesse ou juste après.

Quel est le plan d’attaque dans ces cas-lĂ  ?

Pendant la grossesse, tout dĂ©pend du stade de la grossesse. Quand malheureusement, le stade très prĂ©coce (stade de l’embryon de moins de 3 mois) on est obligĂ© de proposer une interruption thĂ©rapeutique de grossesse parce que les traitements ne sont pas compatibles avec le dĂ©veloppement de l’enfant.

Quand c’est un stade fĹ“tal, on peut autoriser des traitements de chimiothĂ©rapie qui va autoriser un dĂ©veloppement normal pour le bĂ©bĂ© et on finit les traitements après l’accouchement.

Il faut savoir que pendant la grossesse, les chimiothĂ©rapies sont mieux tolĂ©rĂ©es. En effet du fait qu’elles aient un volume de diffusion, parce qu’il y a une hyperactivitĂ© au niveau sanguin, il y a une dilution plus importante des traitements de chimio et cela se passe très bien.

Et les chimiothĂ©rapies qu’on utilise ne sont pas des chimiothĂ©rapies toxiques pour le bĂ©bĂ©. On fait les chimiothĂ©rapies toxiques après pour autoriser justement un dĂ©roulement de grossesse le plus normal possible

Donc, c’est un message plein d’espoir. Merci Ă  Hannah LAMALLEM

Les autres actualités

VOIR TOUTES LES ACTUALITÉS