INSTITUT DE RADIOTHÉRAPIE ET DE RADIOCHIRURGIE

H. HARTMANN

7 juillet 2024

RETOUR AUX ACTUALITÉS

Cancer de la prostate : à partir de quel taux de PSA faut-il s’inquiéter ?

Catégorie(s) : cancer de la prostate
cancer prostate taux de PSA
5/5 - (1 vote)

Le taux de PSA (Antigène Spécifique de la Prostate) est souvent mesuré dans le cadre de la prise en charge du cancer de la prostate (en savoir plus sur la radiothérapie du cancer de la prostate), que ce soit pour le diagnostic initial du cancer de la prostate ou pour le suivi ultérieur. Le PSA est sensible à toute modification de l’état de la prostate : une tumeur cancéreuse se développant dans cet organe peut donc entraîner des variations du taux de PSA. On vous explique comment interpréter ce résultat, et ce qu’il peut signifier.

Qu’est-ce que le taux de PSA ?

Le dosage du PSA est devenu un examen crucial pour le dépistage et le suivi du cancer de la prostate. Le sigle PSA signifie Prostate Specific Antigen : il se traduit en français par Antigène Spécifique de la Prostate. C’est une protéine produite naturellement par la prostate, elle-même une glande masculine située sous la vessie et entourant la partie initiale de l’urètre. Bien que le PSA soit principalement présent dans le sperme, une fraction se retrouve dans le sang, ce qui permet de mesurer sa concentration.

Pourquoi mesurer le taux de PSA ?

La mesure du PSA est cruciale dans le cadre du cancer de la prostate puisqu’elle permet une détection précoce de la maladie, avant l’apparition des symptômes. Il est ainsi possible de commencer un traitement plus tôt et d’améliorer les chances de rémission. Ensuite, c’est également un bon indicateur de l’efficacité des traitements et de l’évolution du cancer vers ses différents stades. Le dosage du PSA est ainsi mesuré pour deux raisons :

  1. le dépistage du cancer de la prostate ;
  2. la surveillance de son évolution chez les patients diagnostiqués.

À quel taux de PSA faut-il s’inquiéter ?

Normalement, le taux de PSA est inférieur à 4 ng/ml. Cependant, il est difficile de définir une limite précise pour tous les individus, car ce taux varie en fonction de nombreux facteurs (pas seulement en présence d’un cancer de la prostate).

Le taux de PSA augmente avec la taille de la prostate et avec l’âge, même sans cancer. À titre indicatif, il devrait être inférieur à 2,5 ng/ml avant 50 ans et inférieur à 6,5 ng/ml avant 80 ans.

Pour interpréter correctement le taux de PSA, le médecin prend en compte d’autres données du patient : son âge, le volume de la prostate, et les résultats du toucher rectal. S’il n’y a pas d’urgence, l’évolution du taux de PSA sur quelques mois peut donc être étudiée pour s’assurer qu’il ne s’agit pas d’une variation transitoire.

Le médecin se concentrera sur deux mesures principales dans les résultats :

  • PSA total : plus cette valeur est élevée, plus le risque de cancer est élevé.
  • Rapport du PSA libre au PSA total : exprimé en pourcentage, un pourcentage plus bas indique un risque plus élevé de cancer.

Que faire en cas de taux de PSA élevé ?

Le dosage du PSA peut être élevé lors de diverses affections prostatiques. Mais cela ne signifie pas nécessairement la présence d’un cancer : il peut aussi s’agir d’une infection ou d’une inflammation de la prostate.

Si le taux de PSA dépasse 4 ng/ml, une consultation chez un urologue est indispensable. Dans certains cas, cette augmentation peut justifier une biopsie de la prostate pour rechercher un éventuel cancer. Une IRM réalisée par un centre de radiologie spécialisé en prostate peut également être envisagée pour éviter une biopsie ou aider au ciblage de cette dernière.

Il faut savoir que le taux de PSA peut augmenter pour plusieurs raisons :

  • Avec l’âge : le taux de PSA tend à augmenter naturellement avec l’âge.
  • Avec la taille de la prostate : plus la prostate est volumineuse (par exemple, à l’échographie, une prostate de plus de 60g), plus le taux de PSA est élevé. À l’inverse, un taux de PSA élevé avec une petite prostate (30-40g) est plus suspect.
  • Lors d’une infection urinaire : une infection peut considérablement augmenter le PSA, parfois au-delà de 20 ng/ml. Une analyse bactériologique des urines est nécessaire pour vérifier si cette élévation est due à une infection.
  • Après une coloscopie ou une intervention chirurgicale dans la région : pendant 6 à 8 semaines après une coloscopie (examen pratiqué aussi dans le cadre du cancer du côlon), le taux de PSA peut rester faussement élevé.
  • Après l’utilisation d’une sonde vésicale : l’utilisation d’une sonde vésicale, par exemple lors d’une hospitalisation pour un autre problème, peut également augmenter le PSA.
  • Lors d’une rétention aigue d’urine : Le taux de PSA peut augmenter très fortement.
  • Lors d’un cancer de la prostate : un taux de PSA élevé peut être un indicateur de cancer de la prostate.

Cancer de la prostate taux de PSA faut il s'inquiéter

 

Vidéo explicative sur le taux de PSA et son interprétation

 

Mesurer le PSA après une opération de la prostate

Après une opération de « grattage de la prostate » (ou une résection partielle de la prostate), le taux de PSA diminuera. Toutefois, il est inutile de mesurer le PSA dans les 2 mois suivant l’intervention, car le taux ne reflétera pas un état stable.

Après une ablation complète de la prostate (prostatectomie radicale) pour traiter le cancer de la prostate, le PSA doit atteindre des valeurs proches de zéro : cela en fait un excellent indicateur de la guérison du cancer.

Le taux de PSA sera surveillé au minimum pendant les 10 années suivant l’ablation complète de l’organe ou le traitement local (par radiothérapie, curiethérapie ou ultra-son focalisés) pour s’assurer de l’absence de récidive du cancer de la prostate. La mesure régulière du PSA permettra de détecter très tôt une éventuelle reprise du cancer, permettant ainsi d’envisager des traitements complémentaires.

Radiothérapie Hartmann

L’Institut de Radiothérapie et Radiochirurgie H. Hartmann est rattaché au groupe SENY, filiale d’ELSAN, qui développe et gère des établissements de diagnostic et des centres de traitement du cancer. Titulaire d’une autorisation délivrée par l’Agence Régionale de Santé, nous répondons à l’ensemble des critères de fonctionnement édictés par l’Institut National du Cancer (INCa).

Les autres actualités

Faire face au cancer du sein durant la grossesse

Faire face au cancer du sein durant la grossesse

Malgré ces facteurs préoccupants, il existe différentes alternatives permettant d’envisager un pronostic positif pour les patientes souffrant d’un cancer du sein au cours de leur grossesse.

VOIR TOUTES LES ACTUALITÉS