INSTITUT DE RADIOTHÉRAPIE ET DE RADIOCHIRURGIE

H. HARTMANN

30 décembre 2020

RETOUR AUX ACTUALITÉS

La prise en charge du cancer de l’endomètre

Catégorie(s) : Cancer de l'endomètre
La prise en charge du cancer de l’endomètre

Le cancer de l’endomètre concerne la paroi interne du corps de l’utérus. La prise en charge thérapeutique peut impliquer plusieurs traitements, dont la radiothérapie externe.

Cancer de l’endomètre : généralités

Lorsqu’un cancer se développe dans l’endomètre, il touche la paroi intérieure du corps de l’utérus, là où se passe la grossesse. Une tumeur de l’endomètre se forme à partir de cellules normales proliférant de façon anarchique. Une masse composée de cellules anormales se développe alors, ce qui crée la tumeur.

La majorité des cancers de l’endomètre sont des carcinomes. Cela signifie qu’ils se développent à partir de l’épithélium, la couche superficielle de cellules de l’endomètre. En France, le cancer de l’endomètre représente plus de 7 200 nouveaux cas diagnostiqués chaque année. Ce type de cancer est donc le 4ème cancer féminin, et le cancer gynécologique le plus courant après le cancer du sein.

Les personnes les plus touchées sont les femmes ménopausées. Le diagnostic est bien souvent réalisé vers 68 ans en moyenne. Plusieurs facteurs de risque peuvent encourager la naissance d’une tumeur de l’endomètre, tels que le diabète, le traitement hormonal substitutif de la ménopause, l’obésité ou encore un facteur génétique.

 

Diagnostic du cancer de l’endomètre

Cancer endomètre diagnosticPlusieurs signes cliniques font suspecter un cancer de l’endomètre. Le plus fréquent concerne des saignements vaginaux après la ménopause, ou en dehors des règles chez les femmes non ménopausées. Ces symptômes ne sont pas uniquement révélateurs d’un cancer, mais nécessitent de consulter votre médecin rapidement pour en connaître les causes.

Le diagnostic repose sur plusieurs examens. En cas de suspicion de tumeur de l’endomètre, le médecin vous prescrit généralement une échographie pelvienne pour contrôler l’épaississement de l’endomètre. En cas d’examen suspect, une biopsie est préconisée pour analyser des échantillons de tissus. La biopsie est l’examen déterminant pour confirmer le diagnostic de cancer et connaître les caractéristiques d’une tumeur.

Si besoin, ces examens sont complétés par un bilan d’extension afin de connaître l’étendue de la maladie (IRM pelvienne, TEP scanner, etc.).

C’est avec l’ensemble de ces résultats que votre médecin est en mesure de connaître le type de tumeur, son stade et son grade, son extension possible aux ganglions et organes proches, sa localisation exacte, etc. Toutes ces informations sont indispensables pour pouvoir proposer un plan de traitement parfaitement adapté à votre situation.

 

Traitements du cancer de l’endomètre

En fonction des données recueillies sur la tumeur et votre état de santé général, un plan de traitement vous est proposé. Le choix des différents traitements est discuté en réunion de concertation pluridisciplinaire avec plusieurs spécialistes pour vous offrir une prise en charge optimale selon le type de cancer diagnostiqué.

Pour traiter le cancer de l’endomètre, plusieurs options sont possibles. Les traitements sont administrés seuls ou en association les uns avec les autres. Il peut s’agir d’une chirurgie, d’une radiothérapie externe, d’une curiethérapie, d’une chimiothérapie ou encore d’une hormonothérapie. Par ailleurs, un essai clinique peut être proposé, en fonction de votre dossier médical.

La chirurgie

La chirurgie est le traitement de référence de ce type de cancer. Elle concerne essentiellement les cancers non étendus ou très peu étendus. Cela veut dire que la tumeur est limitée au corps de l’utérus, à l’utérus ou aux organes directement voisins de l’utérus.

La radiothérapie externe

La radiothérapie externe est généralement proposée afin de compléter l’opération chirurgicale. Pour certains cancers plus étendus ou lorsque la chirurgie est impossible, elle constitue alors le traitement principal. Lorsque la radiothérapie complète la chirurgie, il faut attendre entre 6 à 8 semaines après l’opération pour débuter l’irradiation.

Pour traiter le cancer de l’endomètre, on utilise majoritairement une technique de radiothérapie conformationnelle avec modulation d’intensité (RCMI), celle-ci permettant de réduire de façon significative les éventuels effets indésirables (principalement urinaire et digestif) comparée aux techniques conformationnelles tridimensionnelles plus anciennes.

radiothérapie cancer endomètre

L’irradiation pour un cancer de l’endomètre concerne la zone du pelvis (ou du bassin). Parfois, cette irradiation peut être élargie à la région lombo-aortique lorsqu’il y a une atteinte des ganglions. L’appareil utilisé lors de la radiothérapie externe se nomme accélérateur de particules. Il dirige des rayons à travers la peau vers la tumeur (si celle-ci n’a pas été retirée) ou à l’emplacement où elle se trouvait (s’il y a eu une chirurgie).

Comme pour tout traitement de radiothérapie, un scanner de repérage est nécessaire pour visualiser et « marquer » la zone à traiter. Puis, une étape est indispensable pour l’équipe de radiothérapie, invisible pour les patients : il s’agit de la préparation dosimétrique. Aidé du physicien et du dosimétriste, le radiothérapeute calcule les doses précises ainsi que le fractionnement nécessaire pour un traitement efficace tout en limitant les risques. Ces étapes expliquent le laps de temps parfois variable entre la 1re consultation et le début du traitement de radiothérapie.

La curiethérapie

L’autre option d’irradiation possible est la curiethérapie. Réalisée seule ou associée à la radiothérapie externe, elle permet d’irradier de façon très focalisée à l’intérieur de l’utérus. Si la curiethérapie se déroule avant la chirurgie, un applicateur est placé directement au contact de la tumeur. Lorsqu’elle se déroule après la chirurgie (dans la plupart des cas), l’applicateur est posé directement sur la cicatrice chirurgicale. Ce processus n’est pas douloureux.

La curiethérapie peut être à débit pulsé (nécessitant une hospitalisation de 5 à 7 jours) ou à haut débit de dose (2 à 4 séances).

La chimiothérapie

Pour certaines tumeurs de l’endomètre, les médecins proposent parfois une chimiothérapie. C’est le cas en présence de cancers peu avancés ou strictement limités au corps de l’utérus. En revanche, la chimiothérapie peut être envisagée comme traitement principal en cas de cancer de stade avancé métastatique. Selon le type de tumeurs, elle peut également être associée à la radiothérapie ou à l’hormonothérapie.

L’hormonothérapie

Elle est l’un des traitements possibles de certaines tumeurs métastatiques de l’endomètre.

 

En cas de question ou si vous souhaitez prendre rendez-vous avec l’équipe médicale du centre de radiothérapie Hartmann cliquez sur ce lien.

Les autres actualités

VOIR TOUTES LES ACTUALITÉS