INSTITUT DE RADIOTHÉRAPIE ET DE RADIOCHIRURGIE

H. HARTMANN

6 juin 2023

RETOUR AUX ACTUALITÉS

Le cancer des testicules : symptômes, traitement et espérance de vie

Catégorie(s) : Cancer des testicules
cancer des testicules
5/5 - (2 votes)

Le cancer des testicules est une maladie rare (environ 0,6 % de tous les cancers diagnostiqués chaque année en France) et de bon pronostic.

Bien qu’il exige d’être pris très au sérieux au regard de sa capacité à dégénérer en maladie généralisée, potentiellement létale, c’est un cancer qui se soigne généralement très bien dès lors qu’il est traité à temps.

Pour bénéficier d’un pronostic favorable et d’une prise en charge efficace, il est important d’être à l’écoute des tout premiers signes de la maladie et de connaître ses principaux facteurs de risques.

Facteurs de risque du cancer des testicules

Différents facteurs peuvent accroître les risques de souffrir d’un cancer des testicules un jour. Toutefois, ces facteurs ne sont pas indispensables au développement du cancer et, inversement, ne provoquent pas systématiquement l’apparition d’un cancer.

La cryptorchidie, une anomalie congénitale fréquente au cours de laquelle les testicules ne descendent pas correctement dans l’abdomen lors du développement de l’enfant, est le facteur de risque principal du cancer des testicules.

Des antécédents médicaux et familiaux de cancer des testicules peuvent également être des facteurs favorisants.

Enfin, sans qu’il n’y ait de consensus scientifique clair, il est possible que l’exposition à certaines substances cancérigènes (benzène, hydrocarbure, bisphénol A, etc.) puisse accroître les risques de cancer de testicules.

Symptômes du cancer des testicules

Facteurs de risque du cancer des testicules
Le cancer des testicules ne cause pas de signes spécifiques, et ses principaux symptômes sont semblables à ceux de nombreuses autres pathologies bénignes des testicules.

L’apparition d’une masse anormale au niveau d’un ou – rarement- des deux testicules est le principal symptôme d’une tumeur testiculaire. Elle peut s’accompagner d’une sensation de lourdeur, de gêne ou de douleur, et n’est pas toujours visible ou palpable.

De manière générale, tout changement d’aspect d’un ou des deux testicules (gonflement, rougeur, inflammation, etc.) peut traduire un cancer.

Plus rarement, une gynécomastie (formation de tissu mammaire qui donne à la poitrine un aspect typiquement féminin) peut également être corrélée à un cancer des testicules.

Consulter également notre article sur les symptômes du cancer de la prostate

Diagnostic du cancer des testicules

La procédure de diagnostic du cancer des testicules inclut différents examens et peut sembler longue et décourageante. Elle est toutefois cruciale pour collecter toutes les informations nécessaires à une prise en charge performante de la maladie.

La procédure débute habituellement avec un examen clinique au cours duquel le médecin procède à une palpation des testicules et questionne le patient sur ses antécédents médicaux et familiaux – notamment sur un éventuel historique de cryptorchidie.

Une échographie testiculaire complète couramment l’examen clinique pour localiser la tumeur et évaluer sa forme et son volume.

Des marqueurs sanguins sont demandés afin d’orienter sur la nature du cancer du testicule (alpha-foetoprotéine, hCG total, LDH). Leur négativité ne permet pas d’exclure le diagnostic.

Généralement, le diagnostic se fait directement par la chirurgie après analyse de la pièce opératoire en anatomopathologie, lorsque les examens complémentaires sont concordants (Échographie testiculaire, examen clinique, et dosage de marqueurs sanguins).

Ce sont uniquement les résultats de l’examen anatomopathologique qui permettront de confirmer la nature cancéreuse de la masse et de récolter toutes les informations nécessaires à sa prise en charge (stade, grade, hormosensibilité, marqueurs spécifiques, etc.).

Traitements du cancer des testicules

Diagnostic et traitement du cancer des testicules
Chaque patient atteint d’un cancer des testicules bénéficie d’un traitement personnalisé, strictement élaboré en fonction de son profil et des caractéristiques propres à sa maladie, révélées lors de l’examen anatomopathologique.

Toutefois, la chirurgie oncologique radicale demeure le traitement de référence dans la plupart des cas.

Les différentes thérapies de la prise en charge du cancer des testicules

La chirurgie est typiquement le traitement initial de tous les cancers opérables des testicules. Elle consiste en l’ablation chirurgicale complète du (ou des) testicule atteint (orchidectomie).

Ce traitement, dit radical, permet de réduire significativement les risques de récidive de la maladie. Très efficace, il est en grande partie responsable de l’excellent pronostic de cette maladie.

La chimiothérapie, un traitement médicamenteux antitumoral, couramment associées à la chirurgie pour réduire encore davantage les risques de récidive, la radiothérapie peut également être proposé dans certains cas.

Place de la radiothérapie dans la prise en charge du cancer des testicules

La radiothérapie peut intervenir dans la prise en charge du cancer des testicules après une intervention chirurgicale. On parle alors de radiothérapie adjuvante.

La radiothérapie est un traitement indolore et non abrasif qui consiste à irradier les cellules cancéreuses de rayons ionisants pour les détruire.

À titre de traitement adjuvant, son rôle est d’éliminer les dernières cellules cancéreuses qui pourraient demeurer au niveau de la zone opérée, afin de limiter les risques qu’elles ne prolifèrent à nouveau et engendrent une récidive du cancer.

Aujourd’hui, la place de la radiothérapie dans les cancers du testicule est de plus en plus rare.

Espérance de vie relative au cancer des testicules

Les données sur l’espérance de vie relative au cancer des testicules ne sont que des statistiques générales issues de l’observation d’un groupe de personnes, qui ne peuvent pas être appliquées à une personne en particulier.

Pour élaborer le pronostic d’un patient, son équipe médicale peut s’aider des statistiques, mais prend également en compte de nombreux autres facteurs : état de santé du patient, grade de la maladie, réponse du cancer au traitement, choix des thérapies mises en œuvre, etc.

 

Radiothérapie Hartmann

L’Institut de Radiothérapie et Radiochirurgie H. Hartmann est rattaché au groupe SENY, filiale d’ELSAN, qui développe et gère des établissements de diagnostic et des centres de traitement du cancer. Titulaire d’une autorisation délivrée par l’Agence Régionale de Santé, nous répondons à l’ensemble des critères de fonctionnement édictés par l’Institut National du Cancer (INCa).

Les autres actualités

Faire face au cancer du sein durant la grossesse

Faire face au cancer du sein durant la grossesse

Malgré ces facteurs préoccupants, il existe différentes alternatives permettant d’envisager un pronostic positif pour les patientes souffrant d’un cancer du sein au cours de leur grossesse.

VOIR TOUTES LES ACTUALITÉS